Au XIXè siècle, la loi du 29 juillet 1881 définissait les libertés et les responsabilités de la presse française, imposait un cadre légal à toute publication, et légiférait par la même occasion sur l’affichage public, le colportage et la vente sur la voie publique. Elle est considérée, malgré quelques articles limitatifs et incriminants, comme le texte juridique fondateur de la liberté de la presse :

Art.1. L’imprimerie et la librairie sont libres. Art.5. Tout journal ou écrit périodique peut être publié, sans autorisation préalable et sans dépôt de cautionnement. Art. 23. Seront punis comme complices d’une action qualifié de crime ou délit ceux qui, soit par des discours, cris ou menaces proférés dans des lieux ou réunion publics, soit par des écrits, imprimés, mis en vente ou exposés dans des lieux ou réunion publics, soit par des placards ou des affiches exposés au regard du public, auront directement provoqué l’auteur ou les auteurs à commettre ladite action, si la provocation a été suivie d’effet.

Cette loi interdisait l’affichage sur les édifices publics certes mais aucunes lois ne venaient gérer notre vie quotidienne, nos plaisirs, nos loisirs, notre nourriture. L’on ne vivait pas dans un monde d’interdits ! Aujourd’hui il ne faut : Pas fumer, pas se garer, pas critiquer, pas siffler une jolie femme qui passe, pas de vitres teintées dans les voitures (où est-il l’heureux temps des fiacres où, cachés derrière des rideaux des vitres, les amants pouvaient se retrouver), pas prendre la voie de droite réservée aux bus, ni la petite bande réservée aux vélos, pas jeter son mégot dans la rue, pas pisser dans la rue, pas traverser hors du passage piétons, pas de chiens pissant, chiant, aboyant, vivants, quoi ! pas manger trop de sucre, pas abuser d’alcool, pas se rendre dans un bordel, pas monter avec une prostituée, et tant d’autres interdictions …qui jalonnent notre vie d’hommes modernes. Et les urgences sanitaires et antiterroristes nous interdisent tout !

C’est amusant cette volonté de vouloir tout interdire. Notre civilisation pense une fois encore être à la pointe de la modernité en interdisant à ses citoyens tout ce qui pourrait être un simple plaisir et à cela s’ajoute ce qui est interdit pour nous faciliter la vie. Ah oui ? Prenons l’interdiction de fumer dans les lieux fermés, loi votée pour le bien de tous, dit-on : en effet, la très sérieuse DGS (Direction générale de la Santé) aidée par le non moins sérieux OFDT (Observatoire français des drogues et des toxicomanies) ont évalué le coût des fumeurs :  » 122 milliards d’euros, prenant en compte le coût des vies perdues (65 milliards pour les 78 966 décès annuels liés au tabac), des pertes de production (8,6 milliards) ou de la qualité de vie (31,6 milliards) des 13,4 millions de « consommateurs à problèmes », le montant des dépenses publiques de soins (25,9 milliards d’euros pour soigner 683 396 malades liés à la consommation de tabac), de prévention et de répression (182 millions), mais aussi les recettes des taxes (10,3 milliards) et les économies que représentent les retraites non versées (1,8 milliard) ». A cela s’ajoute le très sérieux problème des fumeurs qui intoxiquent les non fumeurs qui deviennent alors des fumeurs passifs. Alors oust sur le trottoir les fumeurs ! Personnellement je ne trouve pas que cela facilite la vie des gens quand je les vois sur les trottoirs, devant leur lieu de travail, tirer sur leur cigarette en regardant leur montre, frappant de leurs pieds le bitume pour ne pas avoir trop froid ou cherchant l’ombre pour ne pas avoir trop chaud, tenant entre deux doigts pour ne pas se brûler, le gobelet en plastique que leur a servi la machine à café et essayant de se parler aussi mondainement possible que le permet le bruit des voitures et leur gaz d’échappement, le flot des gens qui marchent, flânent, courent, discutent, se disputent. Où est la délicieuse pause café, moment où le quidam confortablement assis dans un fauteuil dégustait son café en fumant sa cigarette sans l’horrible pensée d’être un empoisonneur public ?

Affiche nazie antitabac

Une autre constatation m’amuse beaucoup : cette interdiction est une trouvaille du Parti Nazi ! Cette interdiction fut d’abord imposée aux Allemands dans les universités, les bureaux de poste, les hôpitaux militaires et le bureau du Parti Nazi, mais aussi dans les tramways, les bus et métros. Hitler, grand fumeur dans sa jeunesse, avait réussi à se sevrer et depuis considérait le tabagisme comme décadent. Aidé par la campagne anti tabac de Karl Astel, fervent défenseur de l’eugénisme, Hitler s’appuya sur plusieurs mesures pour combattre le tabagisme : l’éducation pour la santé, la limitation des rations de cigarettes pour les soldats, l’organisation de conférences médicales pour les soldats et l’augmentation des taxes sur le tabac, des restrictions à la publicité  pour le tabac, une réglementation sur le droit de fumer dans les espaces publics, tels les restaurants et cafés.

 On nous veut en bonne santé et la cigarette est nocive, on l’a bien compris, et en fumant l’on rend malades les non fumeurs : c’est un cercle vicieux : nous sommes tous potentiellement malades à cause de la cigarette ! Mais aussi à cause de ce que l’on mange ! Les vaches sont cancérigènes, les cochons sont trop gras, les sucreries rendent obèses, les fritures sont à bannir pour tout, en revanche sont bons pour nous les légumes mais attention il faut les cuire à l’eau ou à la vapeur sinon nous sommes menacés de cancer ou d’obésité, le beurre cru et non pas cuit, l’huile d’olive de bonne qualité trouve grâce auprès des nutritionnistes, les produits laitiers « sont nos amis pour la vie » oui mais il faut faire attention au risque d’allergie, d’après les homéopathes nous ne sommes pas des veaux !

Enfin heureusement il reste les insectes, larves et invertébrés de toutes sortes tout au moins pour ceux qui peuvent les avaler. Ces bestioles sont, selon les dernières recherches, les produits de l’avenir, ils sont sains et donnent à notre corps tous les nutriments dont il a besoin. On doit se rendre à l’évidence : Brillat Savarin n’est plus à la mode ! 

Tous droits réservés : Jeanne Bourcier

4 réflexions sur “Interdiction

Répondre à lessinescyclismeonweb Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s