Je suis devenue une dame d’âge respectable qui ne se déplace plus qu’avec sa canne. Lorsque je prends un transport en commun, j’estime avoir le droit de m’asseoir et, dans ma vieillesse râleuse, j’estime que les jeunes gens ou filles doivent se lever pour me laisser leur place. Mais cela c’était avant ! Aujourd’hui affalés, happés par leur téléphone, fiers de leur trottinette électrique, ils ne cachent pas leur j’m’en foutisme pour la première des politesses. Alors je me souviens de ce passage dans Souvenirs de la vie frivole d’Abel Hermant : « Si absurde que soit la mode du duel, il faut bien reconnaître que pratiquement elle avait d’heureux effets, et n’est-ce pas cela seul qui importe ? […] Depuis qu’il n’y en a plus, au sens où l’on entend ce mot dans les salles d’armes, je ne dirai pas que les mœurs sont plus mauvaises, je n’en sais rien, mais les mauvaises mœurs sont plus impudentes, et c’est presque un aussi grand mal. Quant aux manières, n’en parlons pas : la suppression de cet absurde duel a été le dernier coup porté à la bonne éducation française. »

Le pauvre vieux, s’il savait …

Tous droits réservés : Jeanne Bourcier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s