Pour Yasmina

Les cathédrales de poussière. De deux choses l’une : soit elles résultent de l’accumulation en un même lieu de quantités prodigieuses de poussière, soit elles résultent de l’érosion de cathédrales qui sont peu à peu, au cours des siècles, tombées littéralement « en poussière », sans que quiconque n’en dérange jamais les reliefs.

Il n’en va pas de même de la vie. Il y a une chose que je ne peux supporter de toucher, c’est la partie d’un corps sous laquelle bat son cœur. Je crois que mon effroi tient à ce que rien n’en soutient la pulsation, et que je sens que le fil peut s’en rompre brusquement. La pulsation du cœur peut s’évanouir soudain sans laisser ni trace ni mémoire. 

Tous droits réservés : Thomas Sabourin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s