Au XIXe siècle, et même jusqu’au début du XXe, les femmes qui désiraient perdre du poids avalaient une gélule renfermant un œuf de ténia. Ainsi ce charmant ver se développait dans leur intestin et elles pouvaient manger tout en maigrissant : Il faut souffrir pour être belle ! Ah ! oui ! Au point de risquer sa vie en avalant ce monstre :

Ténia ou ver solitaire

Quand la courageuse femme avait atteint le poids idéal, il fallait l’enlever cette petite bête. Alors c’était à celui qui montrerait le plus d’imagination : « Un certain docteur Meyers avait inventé un appareil à insérer dans le tube digestif, il s’agissait d’un cylindre fourré avec de la nourriture dont le but était d’attirer le ver. Cependant, les hôtes mourraient le plus souvent étouffés. Une autre technique consistait à agiter un bol de lait à proximité d’un orifice en attendant que ce dernier sorte alléché par l’odeur. » Les pharmaciens aussi se prenaient au jeu et vendaient toutes sortes de mixtures de leur invention. Aussi fallait-il faire de la publicité à la vitrine de leur officine ! C’est pour quoi Guy Tomel (1855-1898), ce journaliste, qui a laissé quelques témoignages croustillants sur le monde parisien de la fin du XIXe siècle, a écrit ce souvenir croquignol sur le ténia.

Le Préparateur de Ténias

Petits Métiers parisiens : Guy Tomel

J’ai appris qu’aujourd’hui encore certaines affolées voudraient ingérer un ténia, comme la fameuse inutilité : Khloe Kardashian ! Je ne sais si elle a réussi mais il faut savoir qu’il existe des offres sur Internet !

Tous droits réservés : Jeanne Bourcier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s